LaLettreDuMusicien
Actualité
L'info du jour
Numéro du mois
International
Orchestre
Instrument
Conservatoire
Partition
Juridique
Politique
PODCAST
VIDÉO
DATA
PORTFOLIO
ABONNEMENT
BOUTIQUE
L'EMPLOI DU MUSICIEN
LE COIN DU MUSICIEN
L'AGENDA DU MUSICIEN

L’obscène et le sublime ou la flûte du philosophe

Que le philosophe tienne davantage du satyre que du prêtre, voilà ce que savaient déjà les Grecs. Les banquets auxquels se joignait Socrate – là-dessus Platon et Xénophon sont d’accord – relevaient des danses corybantiques plus que des mystères d’Éleusis. On rapporte que les discours des orateurs y étaient scandés par la flûte.

« Alors qu’on préparait la ciguë, Socrate était en train d’apprendre un air de flûte. “À quoi cela servira-t-il ? lui demande-t-on. — À savoir cet air avant de mourir.” » — Cioran

loader

Commentaires

loader