LaLettreDuMusicien
Actualité
L'info du jour
Numéro du mois
International
Orchestre
Instrument
Conservatoire
Partition
Juridique
Politique
PODCAST
VIDÉO
DATA
PORTFOLIO
ABONNEMENT
BOUTIQUE
L'EMPLOI DU MUSICIEN
LE COIN DU MUSICIEN
L'AGENDA DU MUSICIEN

L’art du prélude

Son nom vient du latin prae, “qui précède”, et ludere, “jouer”.
Le prélude était, à l’origine, une forme musicale de structure libre placée au début d’une œuvre ou d’un concert. Puis l’écrasante présence de Jean-Sébastien Bach a fait du prélude une forme précédant une fugue. Depuis, le prélude a bien évolué et pris son autonomie.

« Prélude à quoi ? » pourrait-on se demander en écoutant ceux de Chopin, Debussy ou Scriabine. A la méditation ? A une rêverie personnelle ? Quoi qu’il en soit, le prélude n’a pas changé profondément de sens. Toujours, il ouvre toutes grandes les portes de la musique.

Après avoir retracé la riche histoire du prélude, nous nous attachons à ceux de Chopin, de Debussy et aux préludes russes.
De nos jours, l’art du prélude est loin d’être tombé en désuétude comme en témoignent les œuvres de Stéphane Delplace, de Florentine Mulsant ou encore les préludes de 22 compositeurs créés par le pianiste Hugues Leclère.

Bach, Le Clavier bien tempéré BWV 853 (imslp)

loader

Commentaires

loader